PHOENIX : Moteur et carrosserie
rticle Copyright © G.Guiot
Cliquez sur les photos pour les agrandir

Pour le moteur, je repars de celui de Titine II qui n'a pas souffert du feu, je le refais complètement, à savoir :
- changer les bagues de support de l'arbre à cames dans le bloc,
- changer les coussinets de bielle et de vilebrequin,
- remettre ma culasse " travaillée " (rabotée, conduits polis, chambres modifiées et grosses soupapes), il est à noter que cette culasse n'était pas sur Titine II au moment de l'incendie puisque le super chargeur était monté avec une culasse plus sage.
- changement de tous les joints, .....
Cela ne prend pas beaucoup de temps, étant donné que j'ai préparé toutes les pièces cet hiver pendant la construction du garage; deux bonnes journées de travail et c'est fait.
Je vous rappelle les caratéristiques:
Moteur :
- arbre à cames fast road 290°
- Pistons "Mahle" 87,5 mm
- Vilebrequin : nitruré, équilibré
- Bielles : lègèrement allégées et équilibrées,
- Culbuteurs : espaceurs pleins, axe de culbuteur nitruré,
- Culasse très améliorée
- Renforcement fixations moteur
- Volant moteur allégé de 7 lbs
- Embrayage à diaphragme.

Culasse :
Les caractéristiques de la culasse sont les suivantes :
- Culasse de TR4A (avec des chambres différentes de celles de la TR3),
- Tous les conduits travaillés au maximum pour l'écoulement des gaz (stage III),
- Sièges de soupape pour rouler au sans plomb,
- Soupapes retaillées en 3 angles
- Soupapes plus grandes, admission de 4,191 cm (1,65''), échappement de 3,6cm (1,42'')
- Guides de soupapes spéciaux,
- Ressorts et collier de soupapes spéciaux (haute levée)
- Culasse rabotée pour obtenir un taux de compression de 10,5 :1

Pour la carrosserie, c'est une autre paire de manche ! Aïe, Aïe, Aïe. IL ne faut JAMAIS se fier aux apparences ! J'avais acheté la carrosserie, comlète montée à blanc. Elle paraissait Ok… je n'allais pas démonter les ailes pour voir comment elles étaient montées !!!! Quelle erreur !
Le montage à blanc de la carrosserie avait été fait en mettant en place des écrous, vis boulons N'IMPORTE COMMENT, histoire de faire tenir les pièces de carrosserie ensemble ! Il n'y avait plus d'écrou prisonnier, ni cage en état en place …. Il faut donc retirer toutes les vielles cages cassées et en ressouder de nouvelles.
Pour ce qui est de la tôle , elle-même, il n'y a pas de grosses catastrophes, seulement quelques petits morceaux à refaire ou à découper et changer ; les grands travaux avaient été faits ; par contre bonjour les finitions !!! aucune des soudures n'avaient été meulées ni protéger contre la rouille ! Et une rouille superficielle réapparait absolument partout, surtout sur tous les dessous (ailes, capot, masque, …) qui avaient été sablés, mais n'avaient reçu aucune couche de protection.
Donc , dans l'ordre, les opérations sont les suivantes :
- retirer la rouille superficielle ;
- appliquer une couche d'antirouille phosphatant ;
- poser toutes les cages et écrous prisonniers,
- ressouder les quelques points oubliés,
- passer une dernière couche d'antirouille où c'est nécessaire en raison des travaux ;
- refaire un montage à blanc… qui s'avère bien nécessaire
- faire le plus gros des masticages (heureusement, il n'y a pas de gros dégâts, creux, ….) ;
- passer de bonnes couches d'apprêt garnissant ;
- effectuer un ponçage au 180 avant de partir à la recherche des petits détails ;
- puis c'est le long travail de masticage, ponçage, recherche nouvelle des défauts, et on recommence… cela semble sans fin ; on croit que c'est parfait et vlan, un nouveau défaut apparaît ! A croire qu'ils se cachent quand vous les cherchez et qu'ils réapparaissent quand vous avez le dos tourné !
- faire des joints d'étanchéité dans toutes les jonctions de tôle (intérieur et extérieur) ;
- terminer par une dernière couche d'apprêt et c'est le ponçage final au 500 puis au 800 … le 1000 c'est pour les autres… pas pour moi !

Ouf, la fin de la préparation de la caisse approche......
Mais une petite pause s'impose, et à l'occasion de la naissance d'une petite fille au Canada, sur l'ile de Vancouver, je suis allé rendre visite au club local des vieilles anglaises. Et ambiance "very ... Scottish"
Il y avait une bonne centaine de véhicules, auto/moto. Quelques TRs, des Jag, beaucoup de MG et surtout une magnifique Jowett à moteur 4 cylindres à plat, restaurée selon les règles (non américaines!)
Bravo pour les administrations anglo-saxonnes qui laissent beaucoup de liberté aux amoureux de la mécanique ; sur la route on voit des roadsters à moteur V8 impressionnants; dans cette réunion il y avait une ???, et comme sa fiche de présentation l'indiquait, elle a été faite " maison " avec des pièces automobiles allant de 1929 à 1985!!! Le châssis est d'une avant guerre, le moteur est un Jaguar XK !
Parmi les TR, il y avait une TR (3A, 5,6) bien trafiquée par son propriétaire à savoir : une TR3A, un moteur de TR6, une crémaillère de TR5, un pônt de TR4A…… mais le tout très bien fait par un couple d'anglais émigrés dont la femme rêve maintenant de monter un super chargeur… il paraît qu'elle adore le bruit du moteur avec super chargeur… je lui ai fait entendre celui de Titine II avant son incendie (voir article Gazoline du 18 septembre 2010) ; elle était aux anges !
Comme on le sait, Triumph à partir de 1903 fabriquait des cycles, motos et automobiles, jusqu'à 1936, année de la séparation des branches auto et moto. Triumph poursuivant sa vie avec succés, encore de nos jours. Quelques exemplaires des années 70 étaient exposés.
IL y a avait aussi de magnifiques BSA, version automobile et version moto!
Retour en France.... je reprends ma carrosserie qui m'attendait bien sagement!